Dans cet article, je reviens sur mon parcours de professeur indépendant. Je te propose de découvrir une petite rétrospective de tout ce que j’ai vécu depuis 2019. C’est l’année où j’ai décidé de me lancer en tant que prof de FLE à mon compte. Tu verras que cela n’a pas été tous les jours facile… Aujourd’hui, je peux dire que mes efforts et mon travail ont été largement récompensés. Je peux vivre sereinement de mon activité. Je détaille ici les étapes qui ont fait décoller mon école de langue. C’est un véritable parcours à succès !😊

La situation avant de me lancer en tant que professeur indépendant

En 2018, je rentre en Europe après 3 ½ ans passés au Japon. Je travaillais dans une école internationale à Osaka dans laquelle je donnais des cours de français, d’anglais et quelques cours d’espagnol.

De retour en France, je n’ai plus du tout envie de travailler et je décide de prendre du temps pour moi, pour me reconstruire un peu, car je dois faire face à un burn-out professionnel.

À Toulouse, je profite de choses simples avec ma famille, je me ressource. Ensuite, je prévois d’aller à Barcelone où j’ai vécu par le passé pendant huit ou neuf ans.

J’avais dans l’idée de créer « mon propre business », car j’avais une peur bleue de vivre à nouveau un épuisement professionnel.

Je ne pouvais absolument pas me projeter comme professeure de langue salariée dans une structure. L’option de me lancer à mon compte était très présente dans mon esprit. À mon arrivée à Barcelone, j’ai regardé les offres d’emploi pour les professeurs et ça ne me convenait pas.

Alors, comme je suis très déterminée dans la vie, j’ai fait ce dont j’avais envie. Je me suis lancée à mon compte. C’était avant la pandémie mondiale et je n’avais pas de « mentor » pour me montrer la voie. Il faut préciser aussi qu’enseigner à distance n’était pas dans les habitudes à cette époque.

Je me voyais professeure de langue en ligne. Je voulais devenir une enseignante indépendante qui travaille à la maison. Je désirais vivre de ma passion, de chez moi avec des élèves du monde entier.

Voici une liste des étapes qui ont fait exploser mon école de langue en ligne

Créer du lien grâce à un réseau social 

Tout d’abord, j’ai créé du lien via le réseau social YouTube. À l’époque, je n’utilisais pas les autres réseaux pour le côté professionnel. J’avais une chaîne ciblée sur les cours de langue, mais qui était liée à ma vie au Japon.

J’avais l’habitude d’internet, donc créer une chaîne n’a pas été un problème pour moi.

En 2019, je me demandais ce que j’allais faire avec cette chaîne. En fait, j’ai profité de ce support pour promouvoir mes cours en ligne.

Cependant, j’étais dans le flou pour un certain nombre de choses : 

  • Quels élèves cibler ?
  • Quel type de cours proposer ?

J’avais juste envie de créer du lien avec les personnes et de vendre des cours en ligne.

En parlant de mon quotidien de professeur de langue à Barcelone, j’ai construit du lien avec mes abonnés. Ces derniers me disaient qu’ils avaient vraiment l’impression de me connaître. J’avais en fait une communauté prête à accepter mes services.

Le fait de montrer ma personnalité (et la vérité) a séduit les élèves. Ils apprécient que l’on se montre humain, qu’on laisse transparaître des émotions. Ma démarche authentique a amené de nouvelles inscriptions.

Te montrer tel que tu es va contribuer à propulser tes cours en ligne.

Rédiger des newsletters pour promouvoir les cours

J’ai eu la très bonne idée d’envoyer des newsletters pour promouvoir mes ateliers de conversation et mes groupes hebdomadaires.

⏩ Découvre l’article : Comment passer du cours particulier au cours de groupe ?

À l’époque, je n’avais pas de réseau social (comme Instagram). J’ai donc privilégié les e-mails, sans savoir que ça allait devenir ma façon préférée de vendre mes cours. J’ai recruté tous mes élèves grâce à « ma stratégie e-mail ». 

➤ Je le répète à longueur de journée aux profs que j’accompagne dans L’École des Profs : Envoyez des e-mails ! 😀

Et début 2020, j’ai créé un site pour avoir une visibilité sur internet pour annoncer tout ce que j’avais envie de faire tous les mois grâce à mon école de langue

Les prospects (futurs élèves) s’inscrivaient à ma newsletter et recevaient deux fois par mois un e-mail. Ensuite, ils pouvaient venir ou non aux ateliers de conversation.

Je proposais deux ateliers par mois avec des sujets intéressants pour avoir beaucoup d’inscriptions.

Je communiquais sur les ateliers 7 ou 8 jours avant les inscriptions et je proposais un tarif préférentiel pour les premiers inscrits (je mettais un peu d’urgence). Alors que je n’avais pas de connaissances en marketing, ce que je mettais en place marchait super bien.😃

J’ai utilisé ce système pendant des années. Le procédé est très simple. L’élève paie l’atelier et il vient. S’il ne souhaite pas venir à l’atelier suivant, il n’y a pas de problème.

Je faisais la même chose pour l’organisation trimestrielle de mes groupes hebdomadaires. Aujourd’hui ce n’est plus moi qui fais les séances d’une heure trente. Je délègue cette partie à d’autres profs. Donc, là encore, je gérais les inscriptions par e-mails.

⏩ Rappel : Si tu aimes les réseaux sociaux, c’est très bien, mais n’oublie pas la stratégie par e-mail !!

Rester concentré sur les objectifs fixés

La vie d’entrepreneur n’est pas un long fleuve tranquille et certains moments sont difficiles. La seule chose dont tu peux être certain, c’est qu’il y aura du changement, des vagues, des hauts et des bas.

Tu m’as sûrement entendu dire que le plus important finalement, c’est de « savoir danser sous la pluie ». Ce qui m’aide également, c’est mon besoin de liberté. Ça fait partie de mes plus grandes valeurs.

La liberté et l’indépendance me définissent à 100 %. Aujourd’hui, je ne pourrais absolument pas redevenir salariée, même payée dix mille euros par mois !

J’adore le pouvoir de décision que j’ai aujourd’hui, je sais que c’est un luxe. Ma liberté, c’est moi qui l’ai construite et moi seule. Je souhaite à tous les profs qui ont cette valeur très ancrée de pouvoir être libres et indépendants. Cela rend extrêmement heureux.

Tu te dis peut-être qu’un jour tu seras prof indépendant, mais tu ne t’en sens pas encore capable. Malheureusement, tu as en tête que c’est un métier qui ne marche pas.

Il y a beaucoup de fausses croyances. Des petites voix qui nous disent que ce n’est pas le bon moment et on reste dans la survie… Ces phrases sont dangereuses car si tu les écoutes, tu ne feras jamais rien.

Personnellement, j’ai pris des risques quand je me suis lancée en 2019 en revenant du Japon. J’étais sans travail avec un peu d’argent de côté seulement.

Mais je me suis dit « let’s go ! ».

Pour moi entreprendre c’est un apprentissage, on fait des erreurs et c’est normal.

Pour avancer, ose faire tous les jours un petit pas vers ton objectif et garde en tête que « mieux vaut fait que parfait ». Cette phrase permet de combattre ce satané souci de perfectionnisme présent chez beaucoup de professeurs.

Savoir fidéliser les élèves

Si tu fais très attention à la qualité de tes cours, tu n’as pas de mal à fidéliser tes élèves. Une fois que tu accueilles des élèves dans ton école de langue, il faut les empêcher de partir car la concurrence est assez rude.

En étant auto-entrepreneur, tu es aussi gérant d’une entreprise. Tu le sais, sans client et sans marché, il n’y a pas d’entreprise. C’est à toi de chouchouter tes élèves pour qu’ils restent à tes côtés le plus longtemps possible et qu’ils parlent de toi.

Attention : fidéliser ses élèves ne veut pas dire offrir des cours gratuits de temps en temps pour les remercier. Je ne l’ai jamais fait. Les autres professions libérales ne le font pas (pense à l’exemple du psychologue, il ne fait pas de séance gratuite !).

Offrir un cours, c’est donner ton temps et tu n’es pas payé. Pour moi c’est non

Les packs « 10 cours achetés, un gratuit », faut arrêter !

Cela ne fait qu’accentuer la précarité du prof en ligne et donner du crédit aux mauvaises langues qui affirment qu’enseigner à distance, ce n’est pas possible, c’est trop précaire. 

Arrête de vouloir offrir du temps à tes élèves, tu peux tout à fait fidéliser des « clients » d’une autre façon. Je demande souvent aux profs que j’accompagne dans L’École des Profs de calculer l’argent qu’ils perdent à trop vouloir offrir des cours, à mettre leurs tarifs trop bas, etc. 

Lorsqu’ils font le calcul, ça leur fait tellement froid dans le dos qu’ils arrêtent net.

Pour fidéliser tes élèves, tu peux demander un feedback « honnête » pour pouvoir améliorer de jour en jour tes services. 

Mettre en place quelques actions simples : 

  • Demander ce qui les motive à apprendre avec toi ;
  • Se souvenir de leur anniversaire ;
  • Penser à eux quand tu pars en vacances (en été tu envoies une petite carte en français par exemple).
  • Organiser une ou deux pauses café-apéro en ligne dans l’année avec tous tes élèves.

 Les rencontres « hors cours » sont très détendues et mes élèves me remercient de le faire.

  • Mettre en place un programme ambassadeur pour favoriser le bouche-à-oreilles. Cela te permet de remercier les élèves qui parlent de toi, qui te recommandent.

Faire des collaborations

Beaucoup d’enseignants ne sont pas à l’aise avec l’idée de faire des collaborations. Cela oblige à « sortir de sa grotte ». En réalité, ils sont introvertis ou ont peur.

Les collaborations sur les réseaux sociaux comme Instagram ou YouTube peuvent apporter une audience complémentaire à la tienne.

Personnellement, en avril 2020, je me fais repérer par un youtubeur espagnol assez connu qui enseigne l’espagnol en ligne et qui vend des formations. On fait une vidéo ensemble qui explose !

À ce jour, on a environ 230 k vues. À l’époque, ça me rapporte énormément d’élèves (que j’ai encore aujourd’hui, 4 ans après).

Je ne pensais pas que cette vidéo me rapporterait autant de chiffre d’affaires. Ce contenu (une heure de mon temps) m’a rapporté des dizaines de milliers d’euros.

Pour en revenir à ce que je te disais plus tôt, avoir une audience dès le début peut énormément t’aider. Tu peux ainsi obtenir des collaborations avec des gens très intéressants qui te repèrent.

Faire grandir son équipe

En septembre 2020, je voyais que je ne pouvais plus accepter de cours particuliers d’espagnol. Je ne me voyais pas refuser de nouveaux élèves (et cet argent, il faut le dire). J’étais en train de créer une entreprise !

Je décide de déléguer. J’étais en Espagne et le système d’auto-entrepreneur là-bas permet de déléguer assez facilement. On peut déduire ses charges, chose impossible en France encore aujourd’hui, à l’heure où je publie ce texte.

Je recrute alors une prof et je lui délègue tous mes nouveaux élèves. Petit à petit, je lui confie certains cours de groupes et des ateliers pour me consacrer à mon nouveau projet à ce moment-là : le coaching pour les profs qui veulent devenir indépendants

Je me suis rendu compte que je perdais de l’argent à refuser des élèves. Et en plus, j’avais besoin de me dégager du temps pour me consacrer à cette nouvelle activité de coaching.

C’était naturel d’agrandir mon équipe.

Beaucoup de collègues refusent des cours, car ils n’ont plus de place. Je trouve cela vraiment dommage. Même si on ne peut déduire ses charges en France, en étant en micro-entreprise, il y a des moyens de déléguer.

Certains collègues, faisant partie de L’École des Profs le font.

Mon conseil : quand tu arrives à 80 % de tes capacités en termes d’agenda, c’est le moment de te poser des questions au sujet de la délégation.

Au cours de l’année 2021, j’embauche une prof qui prend en charge les cours de français.

Ce qu’il faut retenir pour faire grandir ton activité de prof indépendant

1- Créer du lien grâce à un réseau social

2- Rédiger des newsletters pour promouvoir les cours

3- Rester concentré sur les objectifs fixés

4- Savoir fidéliser les élèves

5- Faire des collaborations

6- Faire grandir son équipe

Voilà pour cet article un peu long… Je te retiens encore un tout petit peu pour t’inviter à t’abonner à ma newsletter si ce n’est déjà fait ! 😗

Prends soin de toi, 

Charlène